fbpx

Santé pour l’âme

Les préoccupations de toutes sortes grandissent dans le monde ; les conditions d’existence deviennent plus difficiles dans de nombreux pays ; les confrontations pour les causes plus absurdes augmentent à mesure qu’elles semblent plus importante. Malgré tout cela, la préoccupation d'avoir une meilleure santé se développe.

Bien sûr, ce n'est pas le cas dans tous les coins de la planète. Comment aspirer à une bonne santé, alors que dans de nombreux cas il n’y a ni eau ni nourriture, que des épidémies terribles se produisent presque sans savoir d'où elles viennent ? Nous nous référons, en général, à ces pays dits développés, où il est également difficile de conserver un niveau de vie acceptable, et dans lequel, cependant, la santé est devenue une agitation constante. Et non seulement la santé, mais aussi l'alimentation.

Il est étonnant de constater que même si des centaines de personnes jonglent pour boucler les fins de mois, il y a pléthore de surpoids et obésité, à commencer par les enfants. Il y a ceux qui, à l’opposé, font de l'extrême minceur une mode fascinante.

Nous devenons décidément contradictoires ou bien nous ne voulons pas analyser ce qui se passe autour de nous.

Allons à la meilleure des situations, c’est-à-dire avoir la possibilité de remplir son panier de courses. Nous sommes tellement saturés de propagande de toutes sortes que nous ne savons plus ce qui est bon et ce qui est mauvais pour notre santé. Au bout du compte, nous nous méfions de tout ce qui nous est proposé...

En même temps qu’on améliore les caractéristiques d’un produit et qu’il devient la star du bien-être et de l’anti-âge, d’autres lui reprochent presque d’être un poison qui menace la vie. Que faisons-nous ? Qui a raison et comment choisissons-nous avec tranquillité ce qui nous convient le mieux ? Des régimes totalement opposés apparaissent et ce que certains approuvent, d'autres le dénigrent.

De même, les traitements de santé sont remis en cause ; ce qui était positif hier, est aujourd'hui déconseillé et même interdit.

Les techniques millénaires sont laissées de côté comme pernicieuses et on accueille favorablement les nouvelles expériences dont les résultats finaux ne sont pas complètement connus.

On parle beaucoup de l’effet placebo de certains médicaments, à tel point qu’on se demande : et si c'était vrai, qu'importe si nous réussissons à nous sentir mieux ? Cet "effet placebo" tant vanté n’inclut-il pas d'autres fonctions de l'organisme humain qui s’activent avec certains stimuli ?

Le sujet de l’alimentation (pour ceux qui peuvent se nourrir) nous le laisserons entre les mains des experts. Bien que nous sommes convaincus que la Terre devrait recevoir un meilleur traitement de la part de ceux qui l'exploitent. L'industrialisation, la concurrence pour la production et les prix, ont réussi à ce que les produits naturels cessent de l'être. Oh, paradoxe ! Les produits écologiques sont beaucoup plus chers que ceux qui viennent de la grande distribution.

Nous croyons que nous devrions rechercher un régime alimentaire varié et simple. Les assaisonnements exagérés ne viennent pas de la terre mais de notre envie de tout agrémenter.

En ce qui concerne la santé, nous sommes convaincus qu'au-delà des maladies qui ont une origine organique bien définie, de nombreux maux viennent de nous-mêmes. Si notre esprit n'est pas en bon état, si nos émotions sont en désordre, si nous tombons dans les excès de fatigue et d’hyperactivité, que pouvons-nous demander au corps qui est le miroir de ce qui précède ?

Un esprit en bon état a ses idées dûment organisées, évite les doutes et les conflits entre différentes idées, ce qui ne conduit jamais à la clarté nécessaire. Un esprit sain aide aussi à organiser le corps.

Les émotions, plus que désordonnées – ce qu’elles ont tendance à être - deviennent nocives quand elles sont envahies par le ressentiment, l’envie, la jalousie, l’agressivité, la suspicion de conjurations et calomnies de la part d'autrui. Ceci oui est toxique parce que, quoi que l'on mange, l'assaisonnement émotionnel est très négatif pour la digestion.

Savons-nous nous reposer, quel que soit le temps dont nous disposons pour cela ? Non, si l'esprit est plein d'idées circulaires, si les émotions nous perturbent. Alors nous tombons dans l’action excessive pour "ne pas penser" ou dans la paresse pour "ne penser à rien ».

La santé, qui est affectée par chaque aspect de l'être humain, y compris une bonne éducation basée sur les plus hautes valeurs morales, mérite une attention particulière de la part de chacun. Il est possible que, si nous jouissions tous d’une bonne santé, de nombreux problèmes du monde commenceraient à être résolus dans les domaines qui nous préoccupent aujourd’hui.

 

Délia Steinberg Guzman, directrice internationale de Nouvelle Acropole